top of page
Rechercher
  • Morgane Chevallier

Agoraphobie

L’agoraphobie se caractérise par une forte anxiété liée au fait de se trouver dans des endroits ou des situations où la personne a l’impression d’être coincée ou qu’il serait difficile de s’échapper, où elle ne pourrait trouver aucun secours. Ex : être dans une foule, se trouver dans une file d’attente, voyager en avion, prendre l’ascenseur…


Les situations qui posent problèmes sont soit évitées ou subies avec une souffrance intense. La forte anxiété conduit généralement la personne à éviter de nombreuses situations, jusqu’à ne plus sortir de chez elle dans certains cas. Ces comportements d’évitement peuvent avoir de lourdes conséquences sur le quotidien de la personne, l’empêchant de voyager, de travailler ou d’assurer des besoins quotidien (ex : faire ses courses au supermarché, emmener ses enfants chez le médecin…).




QUELQUES CHIFFRES UTILES :


1,7% de la population serait diagnostiqué agoraphobe

  • les femmes sont 2 fois plus touchées que les hommes

  • la plupart du temps l’agoraphobie se développe vers la fin de l’adolescence et le début de l’âge adulte

Causes et facteurs de risques :

Des évènements négatifs et/ou stressants durant l’enfance (ex : séparation, mort d’un parent, agression…) peuvent être associés à l’apparition de l’agoraphobie (ex : surprotection, violences, abus, séparation ou perte des parents…). Il y a également un fort caractère héréditaire (61% des cas) avec la présence de facteurs génétiques.

Traitement :

Les thérapies cognitivo-comportementales montrent de bons résultats dans le traitement de l’agoraphobie. Il s’agit de désapprendre les pensées et les sentiments négatifs qui accompagnent l’anxiété de la personne, pour les remplacer par d’autres pensées, sentiments et comportements plus adaptés.

bottom of page